Projet d’hydraulique villageoise dans les préfectures

Contexte du Projet :

En milieu rural, l’hydraulique villageoise est gérée par le Service National des Points d’Eau (SNAPE). Les infrastructures d’hydraulique rurale réalisées par le SNAPE sont constituées par trois (3) types de points d’eau : les forages, les puits modernes et les sources aménagées. Au plan national, les forages constituent encore la première source d’approvisionnement des ménages en eau de boisson surtout en milieu rural (42,3%).

La faiblesse de l’accès à l’eau potable engendre une charge de travail importante pour les femmes obligées de parcourir de longues distances à la recherche de l’eau, ce qui les empêche de s’occuper à d’autres tâches qui leur rapportent des revenus.

Enjeux et Perspectives :

Les objectifs de ces projets visent l’amélioration des conditions de vie par l’accès à l’eau potable et l’hygiène des bénéficiaires, la réduction de la corvée d’eau des femmes et des enfants par la réalisation de 3 500 nouveaux forages positifs équipés de pompes à motricité humaine, la construction de 8 500 latrines familiales et publiques et la réalisation de 28 Alimentation en Eau Potable (AEP). Ce faisant, ces projets contribueront ainsi à :

  • Diminuer la prévalence des maladies d’origine hydrique, grâce à des actions de sensibilisation et d’animation en vue de la consommation effective de l’eau potable et de la pérennisation des installations ;
  • Fixer les populations rurales sur les terres agricoles fertiles et améliorer la productivité en vue de l’accroissement de la population agricole;
  • Réduire la corvée d’eau dont l’exécution est à la charge des femmes et des jeunes filles
  • Prévenir les maladies liées au péril fécal grâce à la réalisation de latrines améliorées et à leur utilisation appropriée et contrôlée.

Pertinence du Projet :

L’approvisionnement en eau potable des populations rurales demeure la préoccupation majeure en Guinée. Le Gouvernement en a fait une des priorités de sa politique de développement en milieu rural. En effet, la disponibilité de l’eau de bonne qualité en quantité suffisante et à proximité des ménages concourt à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration du cadre de vie des populations rurales. L’accès à l’eau potable engendre l’élimination des maladies liées à la consommation d’eau de qualité douteuse et sa proximité libère les femmes et les enfants (plus particulièrement les filles) des corvées d’eau nécessaire aux ménages. Les femmes peuvent ainsi se consacrer à des activités génératrices de revenus et disposer de plus de temps pour l’éducation des enfants.

Synthèse :

La population rurale dans ces préfectures atteindra 2 481 967 habitants en 2015 (estimation faite hors Kérouané)

Les conditions de vie des bénéficiaires concernés seront nettement améliorées, essentiellement par suite de la suppression de la pénurie d’eau liée à la saison sèche d’une part, et à l’insuffisance des points d’eau modernes d’autre part, ainsi que la réduction de la pénibilité du portage :

  • Amélioration du type de point d’eau (forages)
  • Réduction de la pénibilité de l’exhaure (pompe à motricité humaine)
  • Amélioration de la qualité de l’eau fournie o Réduction de la corvée d’eau (point d’eau à proximité)
  • L’organisation de l’approvisionnement en eau potable des populations rurales passe nécessairement par la prise en charge de l’entretien et la maintenance des pompes. Ainsi la participation active des villageois est l’un des principes de base de ces projets. Ceci contribue au développement d’activités économiques à petite échelle.
  • Le réseau des opérateurs économiques du secteur sera consolidé.
  • La réalisation de ces projets d’hydraulique rurale va contribuer à l’amélioration de la productivité en vue de l’accroissement de la production agricole et aux actions de reboisement.